Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: Ban Ki-moon condamne l'attaque de Hama

    International
    URL courte
    Contestation en Syrie (1168)
    0 0 0

    Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a "vigoureusement" condamné l'offensive des autorités syriennes à Hama (nord), cœur de la rébellion, qui a fait dimanche près de 100 morts, ont annoncé lundi les médias occidentaux.

    Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a "vigoureusement" condamné l'offensive des autorités syriennes à Hama (nord), cœur de la rébellion, qui a fait dimanche près de 100 morts, ont annoncé lundi les médias occidentaux.

    "Je condamne vigoureusement  l'usage de la force contre la population civile et  demande instamment au gouvernement d'arrêter cette violente offensive", a déclaré le secrétaire général tout  en rappelant au régime de Damas qu'il était responsable de "tous les actes de violences commis" contre la population.

    Dimanche matin, les unités de l'armée syrienne sont entrées dans la ville de Hama. "Cent civils ont été tués dimanche à Hama par des tirs des forces de sécurité qui accompagnaient l'armée lorsqu'elle a pénétré en force dans la ville de Hama", a déclaré Abdel Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne de défense des droits de l'Homme (LSDDH).

    De son côté, l'agence officielle SANA rapporte que "des groupes armés" mettaient le feu aux postes de police, érigeaient des barricades et brûlaient des pneus à l'entrée de la ville et dans ses rues. SANA fait également état de deux militaires tués par les insurgés.

    L'action des autorités syriennes a été condamnée par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie, la Turquie et les Pays-Bas.

    Dossier:
    Contestation en Syrie (1168)

    Lire aussi:

    Hama: 7.000 djihadistes éliminés dans les derniers combats
    Au moins un mort et plusieurs blessés dans les frappes israéliennes sur la Syrie
    L'armée syrienne repousse une attaque de terroristes dans le nord de Hama
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik