Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Géorgie: l'opposition se regroupe contre Saakachvili

    International
    URL courte
    Elections législatives en Géorgie (2012) (32)
    0 0 0

    Huit partis politiques et mouvements d'opposition se sont joints à la revendication de la destitution du président géorgien Mikhaïl Saakachvili, lancée par le Parti travailliste de la Géorgie, a annoncé le leader des travaillistes géorgiens Chalva Natelachvili.

    Huit partis politiques et mouvements d'opposition se sont joints à la revendication de la destitution du président géorgien Mikhaïl Saakachvili, lancée par le Parti travailliste de la Géorgie, a annoncé lundi le leader des travaillistes géorgiens Chalva Natelachvili.

    "On apprendra maintenant une fois pour toutes qui constitue la véritable opposition et souhaite effectivement un changement du pouvoir (…). Nous devons manifester au monde que nous sommes unis dans notre revendication", a déclaré M.Natelachvili lors d'une conférence de presse à Tbilissi.

    Et d'ajouter que c'était la première tentative d'unir les forces de l'opposition pour destituer Saakachvili.

    Selon le leader travailliste, "le peuple géorgien attendra d'ici septembre" la décision des autres organisations d'opposition.

    Le 23 juin dernier, M.Natelachvili avait appelé les représentants de l'opposition à signer la revendication de la démission du président géorgien. Lundi, il a fait savoir qu'à part lui-même, le document avait été signé par d'autres leaders de l'opposition, dont Nino Bourdjanadzé, leader du parti Mouvement démocratique - Géorgie Unie et ancienne présidente du parlement; Sozar Soubari, ancien ombudsman pour  le Parti géorgien, et Kakha Kukava du parti "Géorgie libre".

    Dossier:
    Elections législatives en Géorgie (2012) (32)

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Mikhaïl Saakachvili menace de destituer le Président Porochenko
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik