Ecoutez Radio Sputnik
    International

    S-300: l'Iran dit ne toujours pas comprendre les raisons de la rupture du contrat

    International
    URL courte
    0 0 0

    Téhéran ne comprend toujours pas les raisons de la résiliation par la Russie du contrat de livraison de systèmes de missiles sol-air S-300, a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.

    Téhéran ne comprend toujours pas les raisons de la résiliation par la Russie du contrat de livraison de systèmes de missiles sol-air S-300, a déclaré lundi le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.

    "Ledit contrat signé entre nos deux pays pour l'acquisition de missiles sol-air S-300 était de nature commerciale, mais aussi technologique. En règle générale, lors de la signature de documents pareils, les engagements des parties sont précisés, qu'il s'agisse des délais de livraison et de paiement ou des compensations en cas de rupture du contrat", a indiqué le diplomate.

    Et d'ajouter que l'examen de tels litiges s'effectuait selon des procédures établies.

    "De telles questions ne doivent pas exercer un impact négatif sur les relations politiques bilatérales et n'en exercent pas. Pourtant, nous ne comprenons toujours pas les raisons du refus de livrer à l'Iran ces systèmes à caractère défensif", a conclu M.Mehmanparast.

    Conclu en 2007, le contrat de livraison de S-300 à l'Iran engageait la Russie à fournir cinq unités complètes de cette arme pour un montant d'environ 800 millions de dollars, mais son exécution a été suspendue en septembre 2010 par le président russe Dmitri Medvedev en application de la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'Onu.

    Ce document interdit la fourniture d'armes conventionnelles, dont les missiles, les chars, les hélicoptères d'assaut, les avions de combat et les bâtiments de guerre, à l'Iran.      

    L'Iran a menace la Russie de la poursuivre en justice pour avoir rompu le contrat. Pourtant, après l'annulation du contrat, Moscou a rendu à Téhéran l'acompte (de 167 millions de dollars, ndlr) qui lui avait été versé, ce qui a été confirmé par le ministre iranien de la Défense, le général Ahmad Vahidi. Aucune autre compensation n'est pas prévue par ledit contrat.

    Les missiles sol-air S-300 russes sont destinés à la protection des sites industriels et administratifs, des bases militaires et des postes de commandement contre les attaques aériennes et spatiales. Les S-300 sont capables de détruire les missiles balistiques et de croisière, ainsi que d'abattre les avions à une distance de 150 km et à une altitude allant jusqu'à 27 km.

    Lire aussi:

    L'Iran intéressé par l'acquisition d'avions civils russes
    La Russie a livré des S-300 à l’Iran. Et après?
    Acheter ou ne pas acheter: Téhéran ne sait pas encore s’il achètera les S-400 à Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik