Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Rapport de l'AIEA: Lavrov reçoit un haut responsable iranien

    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 10

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et le secrétaire adjoint du Conseil suprême de sécurité nationale iranienne (CSSN) Ali Bagheri, ont discuté à Moscou du programme nucléaire iranien à la lumière de la publication d'un nouveau rapport du directeur général de l'AIEA.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et le secrétaire adjoint du Conseil suprême de sécurité nationale iranienne (CSSN) Ali Bagheri, ont discuté mercredi à Moscou du programme nucléaire iranien à la lumière de la publication d'un nouveau rapport du directeur général de l'AIEA.

    Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les interlocuteurs ont également évoqué le problème du règlement des conflits au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

    "La partie russe a réaffirmé son attachement au règlement des problèmes du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord par des moyens politiques et diplomatiques, à travers un dialogue national, sans ingérence extérieure", lit-on dans le communiqué.

    Dans son dernier rapport sur le programme nucléaire de l'Iran, dont des extraits ont été reproduits par plusieurs agences occidentales, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé que jusqu'en 2003, l'Iran avait travaillé à la création de l'arme nucléaire, et que cette activité pourrait se poursuivre à l'heure actuelle.

    L'AIEA affirme que Téhéran a travaillé à l'élaboration de l'arme nucléaire et qu'il réalisait d'autres programmes de recherche dans ce secteur. Des experts russes estiment toutefois que ce nouveau rapport ne contient rien de nouveau sur les plans de Téhéran quant au développement de son programme nucléaire.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik