Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Présidentielle en Ossétie du Sud: l'opposition craint des fraudes

    International
    URL courte
    Présidentielle en Ossétie du Sud (2011) (50)
    0 0 0

    La campagne électorale en Ossétie du Sud n'est ni loyale ni transparente, a déclaré dans une interview à RIA Novosti la chef de l'opposition sud-ossète, Alla Djioïeva, ancienne ministre de l'Education.

    La campagne électorale en Ossétie du Sud n'est ni loyale ni transparente, a déclaré vendredi dans une interview à RIA Novosti la chef de l'opposition sud-ossète, Alla Djioïeva, ancienne ministre de l'Education.

    "Nous avons une multitude de questions auxquelles nous n'avons toujours pas eu de réponses. Pourquoi la Commission électorale centrale (CEC) a-t-elle imprimé 52.000 bulletins de vote alors que, selon ses propres données, le nombre d'électeurs en Ossétie du Sud ne dépasse pas 34.000 personnes - et ce chiffre suscite déjà des doutes", a indiqué Mme Djioïeva.

    Selon l'opposante, le ministère de l'Intérieur n'a pas non plus répondu à la question sur le nombre de passeports délivrés aux citoyens d'Ossétie du Sud, bien que cette information n'ait rien de secret.

    Mme Djioïeva s'est dite persuadée de sa victoire si l'élection se déroule loyalement, sans falsifications.

    "Je suis convaincue de ma victoire si l'élection se déroule normalement. Néanmoins, on est de moins en moins sûr qu'elle sera démocratique. D'un autre côté, une immense armée d'électeurs est derrière moi, ce qui donne de l'espoir", a conclu la candidate.

    L'élection du chef de l'Etat sud-ossète aura lieu le 13 novembre. 13 personnes sont candidats à la présidence.

    Dossier:
    Présidentielle en Ossétie du Sud (2011) (50)

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik