Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: une attaque contre les Serbes provoquerait une guerre (Belgrade)

    International
    URL courte
    Indépendance du Kosovo (198)
    0 02

    Le ministre serbe de l'Intérieur, Ivica Dacic, a déclaré qu'une attaque contre les Serbes du Kosovo équivaudrait à une attaque contre Belgrade, a annoncé jeudi la chaîne de télévision serbe B92.

    Le ministre serbe de l'Intérieur, Ivica Dacic, a déclaré qu'une attaque contre les Serbes du Kosovo équivaudrait à une attaque contre Belgrade, a annoncé jeudi la chaîne de télévision serbe B92.

    "Hashim Thaçi doit savoir qu'une attaque contre les Serbes [au Kosovo] équivaudrait à attaquer Belgrade. La Serbie ne restera pas les bras croisés", a-t-il déclaré à l'intention du premier ministre kosovar.

    M. Dacic avait auparavant proposé de diviser le Kosovo en deux parties, l'une serbe et l'autre albanaise.

    Les experts interrogés par B92 estiment que la déclaration du ministre est destinée à l'opinion publique de Serbie, et que l'utilisation de la force armée par Belgrade est actuellement impossible.

    La situation à la frontière administrative entre la Serbie et le Kosovo s'est aggravée en septembre 2011, suite à la prise de contrôle par les Kosovars albanais de plusieurs postes douaniers situés dans les régions peuplées de Serbes. Cette démarche a déclenché la colère de la communauté serbe, provoquant des troubles dans ces régions. Pour rétablir l'ordre le long de la frontière administrative, les autorités albanaises du Kosovo ont dépêché des groupes d'intervention de la police, soutenus par la Mission policière de l'UE (Eulex) et la Force internationale de sécurité (Kfor) placée sous le commandement de l'Otan.

    Dossier:
    Indépendance du Kosovo (198)

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    La Serbie à deux doigts d'une nouvelle guerre pour le Kosovo?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik