Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Bouclier antimissile: l'Otan espère s'entendre avec la Russie

    International
    URL courte
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)
    0 0 0

    Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a espéré mercredi que la Russie et l'Alliance atlantique pourraient s'entendre au printemps prochain sur la mise en place d'un système de défense antimissile en Europe.

    Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a espéré mercredi que la Russie et l'Alliance atlantique pourraient s'entendre au printemps prochain sur la mise en place d'un système de défense antimissile en Europe.

    "J'espère que nous pourrons nous mettre d'accord en mai 2012 lors du sommet [Russie-Otan] de Chicago", a-t-il déclaré aux journalistes à Bruxelles, soulignant que les progrès réalisés par la Russie et l'Alliance aux négociations sur la défense antimissile "étaient plus faibles qu'il escomptait".

    Les représentants de l'Otan avaient antérieurement déclaré que l'Alliance espérait tenir un sommet Russie-Otan en marge du sommet de l'Otan à Chicago. Cependant, le sous-directeur du département de la sécurité et du désarmement du ministère russe des Affaires étrangères, Vladimir Leontiev, a indiqué fin novembre qu'il serait "erroné de tenir pour acquis notre accord sur l'organisation d'un sommet Russie-Otan en mai 2012 à Chicago". Selon lui, les partenaires occidentaux de Moscou doivent "prendre en compte les intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité".

    Evoquant les mesures annoncées par le président Dmitri Medvedev en réponse au déploiement unilatéral du bouclier antimissile de l'Otan en Europe, M. Rasmussen a souligné qu'elles équivaudraient à "gaspiller des ressources précieuses".

    D'après lui, Moscou ne gagnera rien à "investir massivement dans les mesures de rétorsion contre un ennemi qui n'existe pas".

    Dossier:
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)

    Lire aussi:

    Et si une guerre éclatait entre Moscou et Kiev? Rasmussen raconte qui la gagnerait
    L’Otan augmente sa présence dans les zones européennes où ils ont promis de ne le faire
    Porochenko est certain de l'adhésion de son pays à l'Otan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik