Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Programme nucléaire iranien: pas de preuves d'un volet militaire (Moscou)

    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 0 0 0

    Rien ne prouve l'existence d'une composante militaire du programme nucléaire iranien, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov dans une interview accordée à la chaîne télévisée Rossia 24.

    Rien ne prouve l'existence d'une composante militaire du programme nucléaire iranien, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov dans une interview accordée à la chaîne télévisée Rossia 24.

    "Nous disposons de données avérées indiquant l'absence d'informations fiables sur l'existence d'un volet militaire. Il n'y a pas de preuves de l'existence d'une composante militaire du programme nucléaire iranien", a indiqué le vice-ministre.

    Selon lui, "il faut lever les doutes qui persistent par la voie de négociations. A cet égard, il est crucial que l'Iran poursuive une coopération intense avec l'AIEA".

    Le diplomate a ajouté que l'Iran admettait des observateurs internationaux sur ses sites nucléaires.

    "En août, en plus des inspections régulières, ils ont invité un groupe d'inspecteurs de l'AIEA à visiter plusieurs sites très sensibles. En novembre, ils ont de nouveau invité un groupe d'inspecteurs de l'AIEA à inspecter les sites nucléaires iraniens. Nous estimons que les Iraniens ont fait preuve d'une approche responsable et de bonne volonté. Nous espérons que les invitations ne resteront pas sans réponse", a conclu le vice-ministre.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Programmes balistiques Iran-Corée du Nord: «faire des parallèles complets est impossible»
    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik