Ecoutez Radio Sputnik
    Kabul, Afghanistan

    Afghanistan: l'OTSC a un plan d'action après 2014

    © Sputnik . Alexander Gratschenkov
    International
    URL courte
    Situation en Afghanistan (730)
    0 0 0

    L'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) a élaboré un plan d'action en cas d'aggravation de la situation en Afghanistan après 2014, qui sera soumis mardi à l'examen des présidents des pays membres de l'organisation, a annoncé Nikolaï Bordiouja, secrétaire général de l'OTSC.

    L'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) a élaboré un plan d'action en cas d'aggravation de la situation en Afghanistan après 2014, qui sera soumis mardi à l'examen des présidents des pays membres de l'organisation, a annoncé lundi Nikolaï Bordiouja, secrétaire général de l'OTSC.

    "De telles propositions (sur des actions conjointes), élaborées en concertation avec des experts, seront soumises à l'examen des présidents des pays membres mardi, et nous proposerons également un plan d'action approprié", a déclaré M.Bordiouja, à l'issue d'une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'OTSC.

    Et de préciser qu'il s'agissait de mesures à adopter en cas d'aggravation de la situation en Afghanistan, après la transformation de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) et le retrait de ce pays de l'essentiel des troupes de la coalition occidentale.

    L'Organisation du traité de sécurité collective, qualifiée par certains analystes d'"Otan russe", est une organisation à vocation politico-militaire qui regroupe à ce jour l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, la Russie et le Tadjikistan.

    Dossier:
    Situation en Afghanistan (730)

    Lire aussi:

    La Russie et ses alliés de l’espace post-soviétique tendent la main à l’Onu
    Poutine explique pourquoi la Russie dispose d'une base au Kirghizistan
    Lavrov cite les premières victimes en cas de guerre dans la péninsule coréenne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik