Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Décès de Kim Jong-il: la Corée du Nord pourrait retrouver la liberté (Juppé)

    International
    URL courte
    Décès du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il (34)
    0 0 0

    Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé espère qu'après le décès, samedi, du leader nord-coréen Kim Jong-il, le peuple de ce pays asiatique pourra enfin retrouver la liberté, rapportent lundi les médias internationaux.

    Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé espère qu'après le décès, samedi, du leader nord-coréen Kim Jong-il, le peuple de ce pays asiatique pourra enfin retrouver la liberté, rapportent lundi les médias internationaux.

    "Nous sommes très vigilants sur les conséquences de cette succession en espérant qu'un jour le peuple de la Corée du Nord pourra retrouver sa liberté. La mort d'un homme, ce n'est jamais réjouissant, mais la souffrance d'un peuple m'attriste, c'est cela qui est important", a déclaré le ministre aux journalistes.

    Selon lui, la Corée du Nord est "l'un des tout derniers régimes [dictatoriaux] de la planète".

    Le chef de la diplomatie française estime que les pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne doivent se poursuivre.

    "Il y a un processus de dialogue avec la Corée du Nord, qui connaît des hauts et des bas, il faut continuer ce dialogue avec la Chine et les autres participants pour que la Corée du Nord renonce à son arme nucléaire", a-t-il indiqué.

    Le dirigeant nord-coréen est mort le 17 décembre d'une crise cardiaque à l'âge de 69 ans. L'enterrement est prévu le 28 décembre. Aucune délégation étrangère n'a été invitée aux obsèques.

    Le fils cadet du défunt, Kim Jong-un (27 ans), est considéré comme le plus probable successeur de son père à la tête du pays.

    En 2005, la Corée du Nord s'est proclamée puissance nucléaire et a effectué des tests nucléaires entre 2006 et 2009, s'attirant des sanctions de l'ONU. Lancées en 2003 à Pékin, les pourparlers à six (Chine, deux Corées, Etats-Unis, Japon et Russie) ont été suspendus en 2009. En août dernier, Kim Jong-il a confirmé son intention de les relancer sans aucune condition préalable.

    Dossier:
    Décès du dirigeant nord-coréen Kim Jong-il (34)

    Lire aussi:

    Kim Jong-un, 67 ans au pouvoir, selon le conseiller de Trump à la sécurité nationale
    L'abandon des essais nucléaires nord-coréens: un leurre pour Trump
    Vent de changement nord-coréen: cinq questions avant de dénucléariser Pyongyang
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik