Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Un froid sibérien s'abat sur l'Irak

    International
    URL courte
    Vague de froid dans l’hémisphère Nord (16)
    0 1401

    Plusieurs régions dans le centre et le nord de l'Irak font face à une vague de froid anormale en provenance de la Sibérie, le mercure ayant chuté sous -5 degrés dans la nuit de samedi à dimanche, rapporte le correspondant de RIA Novosti à Bagdad.

    Plusieurs régions dans le centre et le nord de l'Irak font face à une vague de froid anormale en provenance de la Sibérie, le mercure ayant chuté sous -5 degrés dans la nuit de samedi à dimanche, rapporte le correspondant de RIA Novosti à Bagdad.

    La vie est presque paralysée dans ces régions habituées plutôt aux températures pouvant dépasser les 50 degrés. Les rues de la capitale irakienne sont désertes, et le trafic est très faible.

    Les villages montagnards des provinces de Sulaymaniyah et de Dahouk (nord) sont en proie à des chutes de neige. A Bagdad, les gens se mettent en quête de kérosène pour leurs fourneaux qui constituent le seul moyen pour combattre le froid dans les maisons.

    Auparavant, les parents d'écoliers irakiens ont demandé au ministère de l'Education de reporter les examens intermédiaires dans les écoles, dont le début a coïncidé avec l'arrivée des froideurs. Toutefois, les autorités ont rejeté leur demande, en dépit du fait que la plupart des écoles à Bagdad ne sont pas chauffées. Les enfants tremblent de froid dans les classes. Beaucoup d'écoliers souffrent de rhumes.

    Selon le porte-parole du service météorologique irakien Salman al-Asmaï, le froid qui frappe le pays durera encore quinze jours.

    Dossier:
    Vague de froid dans l’hémisphère Nord (16)

    Lire aussi:

    Un conseiller de Barzani dévoile les vrais motifs du référendum kurde
    Bagdad: le Kurdistan doit déclarer qu’il fait partie intégrante de l’Irak
    Moscou prône la voie pacifique dans toutes les questions entre Bagdad et les Kurdes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik