Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Nucléaire iranien: Pékin appelle à poursuivre les négociations

    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 10

    Pékin appelle à la poursuite des négociations sur le problème nucléaire iranien et rejette les tentatives de politiser ses relations commerciales avec Téhéran, a indiqué le premier ministre chinois Wen Jiabao.

    Pékin appelle à la poursuite des négociations sur le problème nucléaire iranien et rejette les tentatives de politiser ses relations commerciales avec Téhéran, a indiqué jeudi le premier ministre chinois Wen Jiabao.

    "La Chine appelle au lancement le plus rapide possible d'un dialogue entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu (Russie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France et Chine) plus l'Allemagne, d'une part, et l'Iran, de l'autre, tout en prônant le renforcement de la coopération entre Téhéran et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)", a déclaré M.Wen à l'issue des négociations avec la chancelière allemande Angela Merkel, en visite à Pékin.

    Il a souligné que la Chine était invariablement attachée au régime de non-prolifération nucléaire, mais n'acceptait pas les sanctions contre l'Iran.

    "Des sanctions ne peuvent résoudre le problème nucléaire iranien, et un recours à la force ne pourrait que générer de nouveaux bouleversements au Proche-Orient et dans le monde", a prévenu le chef du gouvernement chinois. 

    Evoquant la coopération entre la Chine et l'Iran, il a appelé à ne pas politiser cette question.
     
    "Partant des impératifs de son propre développement économique, Pékin entretient avec Téhéran une coopération économique normale, notamment dans le secteur énergétique. Nous n'admettons pas de politisation des rapports commerciaux normaux", a relevé M.Wen, ajoutant que la Chine ne violait, dans le cadre de cette coopération, aucune des résolutions appropriées du Conseil de sécurité de l'Onu ni normes du droit international.

    L'Occident soupçonne l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément. 
       
    Face à la poursuite des activités nucléaires iraniennes, l'Union européenne, deuxième client pétrolier de l'Iran derrière la Chine, a gelé la semaine dernière ses importations de pétrole iranien, se joignant aux Etats-Unis pour frapper au cœur de l'économie de la République islamique.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    La Chine sait comment contourner les sanctions US anti-iraniennes
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    L'Iran, l’idée fixe de Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik