Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Athènes: plus de 140 interpellations après une nuit de violences (police)

    International
    URL courte
    La crise financière en Grèce (236)
    0 0 0

    Plus de 140 personnes ont été interpellées après une nuit de violences dimanche à Athènes, rapporte la police de la capitale grecque.

    Plus de 140 personnes ont été interpellées après une nuit de violences dimanche à Athènes, rapporte lundi la police de la capitale grecque.

    Les violences se sont déroulées en marge de la manifestation de dimanche, qui a réuni quelque 100.000 personnes protestant contre l'adoption au parlement d'un nouveau plan de rigueur exigé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour éviter la faillite au pays.

    La police fait état de 67 personnes interpellées pour des attaques contre les policiers, des dommages matériels et des vols. 75 autres personnes ont été arrêtées pour leur implication présumée dans les troubles.

    Au centre d'Athènes, 45 bâtiments ont été totalement ou partiellement endommagés par des incendies criminels, et l'on compte des dizaines de vitres brisées et des rideaux de fer tordus.

    Les fauteurs de troubles, au nombre de 1.500 à 2.000 personnes, ont jeté des cocktails Molotov, des pierres et des morceaux de bois contre les policiers, en blessant 68 d'entre eux. Le ministère de la Santé rapporte avoir hospitalisé 35 civils.          

    Le maire d'Athènes Georges Kaminis, intervenant à la chaîne de télévision Mega, a comparé le dommage infligé à la capitale, où certains bâtiments sont partis en fumée, avec celui de décembre 2008, où la mort d'un adolescent tué par un policier avait déclenché près d'une semaine de violences urbaines.

    Dossier:
    La crise financière en Grèce (236)

    Lire aussi:

    Entre gaz lacrymogène et cocktails Molotov: la tension monte à Athènes
    Jets de pierre et gaz lacrymogène: violents affrontements dans les rues d’Athènes (photos)
    Une bombe explose dans une banque du centre d'Athènes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik