Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Grèce: "se serrer la ceinture" vaut mieux que faire faillite (UE)

    International
    URL courte
    La crise financière en Grèce (237)
    0 0 0

    Pour la Grèce et sa population, un défaut de paiement aura des conséquences beaucoup plus négatives que la mise en œuvre du second programme d'austérité, a déclaré devant les journalistes à Bruxelles Olli Rehn, vice-président de la Commission européenne.

    Pour la Grèce et sa population, un défaut de paiement aura des conséquences beaucoup plus négatives que la mise en œuvre du second programme d'austérité, a déclaré lundi devant les journalistes à Bruxelles Olli Rehn, vice-président de la Commission européenne.

    "Un défaut de paiement incontrôlable de la Grèce serait beaucoup plus grave pour sa société (…) Aussi, mieux vaut-il pour la Grèce et sa société montrer son attachement politique à la mise en œuvre de ce programme, à une réduction de la dette, au retour à la croissance durable et à une meilleure situation sur le marché du travail", a souligné M.Rehn.

    Le parlement unicaméral de Grèce a voté dans la nuit de dimanche à lundi un accord de crédit avec l'UE, en ouvrant ainsi la voie vers l'octroi d'un prêt de 130 milliards d'euros et l'effacement de 100 milliards d'euros de la dette du pays.

    La Commission européenne a salué ce vote, y voyant une "avancée cruciale", alors qu'au moins 100.000 Grecs sont descendus dans la rue pour protester contre ce plan de rigueur. Des désordres massifs, assortis de violences, d'incendies criminels et de vols, ont éclaté à Athènes et dans d'autres villes du pays.

    Dossier:
    La crise financière en Grèce (237)

    Lire aussi:

    Pauvreté, prostitution, chômage, dette… l’UE qui rit, la Grèce qui pleure
    La Grèce «va mieux»: à quel point et à quel prix?
    L'ambassadeur de Grèce convoqué au ministère russe des Affaires étrangères
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik