Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le "printemps arabe" n'est pas terminé (diplomate russe)

    International
    URL courte
    Troubles dans les pays arabes (231)
    0 01

    Le "printemps arabe" n'a pas encore pris fin, estime le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

    Le "printemps arabe" n'a pas encore pris fin, estime le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov.

    "Le printemps arabe est encore loin de se terminer. Nous devons tenir compte de ce facteur et bâtir des relations normales avec tous les pays arabes", a déclaré M. Bogdanov dans une interview à la radio Echo de Moscou.

    Selon lui, la Russie est "prête à coopérer avec les forces qui arrivent au pouvoir dans ces pays et qui influent sur leur politique intérieure et extérieure".

    Le "printemps arabe" est une vague de manifestations qui ont commencé à envahir le monde arabe en  décembre 2010 à la suite des rassemblements de protestation en Tunisie, qui ont dégénéré en affrontements avec la police, faisant près de 300 morts.

    Mi-janvier 2011, le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a perdu le contrôle du pays et s'est réfugié en Arabie saoudite. Quelques jours après, des manifestations ont éclaté dans d'autres pays arabes: en Egypte, en Libye, au Maroc, en Jordanie, au Bahreïn et en Oman.

    La Syrie est le dernier pays à devenir le théâtre d'affrontements entre les autorités et l'opposition.

    Les actions de protestation ont entraîné un changement de pouvoir en Egypte, en Libye et au Yémen, et de profondes réformes au Maroc.

    Dossier:
    Troubles dans les pays arabes (231)

    Lire aussi:

    Alger face à la volonté de domination de Riyad dans le monde arabe
    La jeunesse arabe a une meilleure image de la Russie
    Après le vote pour le Mondial 2026, quel avenir pour les relations maroco-saoudiennes?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik