Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Mali: la junte déclare avoir commencé à rendre le pouvoir aux civils

    International
    URL courte
    Coup d'Etat au Mali (42)
    0 03

    Le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte militaire qui a renversé il y a deux semaines le président légitime au Mali, a affirmé que le transfert de pouvoir aux civils, notamment au président de l'Assemblée nationale, avait commencé, rapportent des médias internationaux.

    Le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte militaire qui a renversé il y a deux semaines le président légitime au Mali, a affirmé que le transfert de pouvoir aux civils, notamment au président de l'Assemblée nationale, avait commencé, rapportent samedi des médias internationaux.

    Selon le chef de la junte, la Constitution est de nouveau en vigueur au Mali et, d'après la Loi  fondamentale, en cas d'impossibilité d'exercer ses fonctions par le chef de l'Etat, son mandat passe au président intérimaire du pays en la personne du président du parlement qui dirigera un gouvernement provisoire pendant 21 jours.

    Ainsi, Sanogo s'est engagé à rendre le pouvoir usurpé comme l'exige la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui a déclaré le 2 avril l'immédiate entrée en vigueur de sanctions diplomatiques, économiques et commerciales contre le Mali.

    Le ministre burkinabé des Affaires étrangère, Djibril Bassolé, a déclaré auparavant au nom de la CEDEAO que le transfert du pouvoir par la junte pourrait signifier la levée des sanctions évoquées.

    L'annonce de la junte est survenue quelques heures après la proclamation par les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azaouad (MNLA), qui se sont emparés de tout le nord du pays à la faveur de la confusion créée par le coup d'Etat, de l'indépendance de leur nation. Une confusion qui a également profité à des milices islamistes.

    Dossier:
    Coup d'Etat au Mali (42)

    Lire aussi:

    «L’Afrique, c’est nous»: comment le Maghreb «infiltre» des organisations subsahariennes
    «Le Maroc prêt à abandonner le Dirham» au profit d’une monnaie unique ouest-africaine
    Moscou exhorte à éviter l'aggravation de la situation en Birmanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik