Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Massacre de Houla: Moscou met en garde contre une provocation

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 4 0 0

    Le pilonnage de la localité de Houla en Syrie pourrait constituer une provocation des anti-Assad, a déclaré lundi à New York le premier adjoint au représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies Alexandre Pankine.

    Le pilonnage de la localité de Houla en Syrie pourrait constituer une provocation des anti-Assad, a déclaré lundi à New York le premier adjoint au représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies Alexandre Pankine.

    "Il est probable que il s'agit d'une provocation, parce que tout s'est déroulé dans des circonstances mystérieuses", a annoncé M.Pankine aux journalistes.

    Samedi 26 mai, l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé à Londres a rapporté que les troupes fidèles au président Bachar el-Assad auraient pilonné la ville de Houla dans la province de Homs, tuant au total 92 personnes, dont 32 enfants. Les observateurs de l'Onu déployés en Syrie ont pour leur part confirmé la mort de civils à Houla.

    Selon M.Pankine, le jour de l'incident, une manifestation anti-gouvernementale s'est déroulée à Houla, mais les troupes gouvernementales ne se trouvaient pas à proximité du village.

    Et d'ajouter que le massacre de Houla était survenu à la veille de la visite de l'émissaire spécial de l'Onu Kofi Annan en Syrie.

    "Nous ne pouvons pas supposer que cette tuerie répondait aux intérêts du gouvernement syrien à la veille de la visite de Kofi Annan", a indiqué le diplomate.

    Dans le même temps, le responsable n'a pas exclu une implication de services spéciaux étrangers dans le pilonnage de Houla.

    Depuis avril 2011, la Syrie est en proie à une révolte populaire hostile au régime du président Bachar el-Assad qui s'est militarisée face à la répression sanglante menée par les troupes régulières. Selon l'Onu, la confrontation armée en Syrie aurait déjà fait plus de 9.000 morts et quelque 230.000 réfugiés.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    Erdogan veut «aider le peuple syrien à prendre sa décision»
    Assad: la coalition dirigée par les USA n’a jamais réellement lutté contre le terrorisme
    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    Le départ d’Assad n’est plus une priorité des États-Unis en Syrie
    Assad: l'UE et l'Otan soutiennent les terroristes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik