Ecoutez Radio Sputnik
    Ситуация в Сирии

    Moscou exerce des pressions "quotidiennes" sur Damas (Lavrov)

    © Sputnik. Valeriy Melnikov
    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 0 0 0

    La Russie exerce des pressions sur Damas "de façon quasi quotidienne", a déclaré lundi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    La Russie exerce des pressions sur Damas "de façon quasi quotidienne", a déclaré lundi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    "Nous exerçons des pressions sur le gouvernement syrien de façon quasi quotidienne", a fait savoir le chef de la diplomatie russe à l'issue des négociations avec son homologue britannique, William Hague, en visite à Moscou.

    Selon M.Lavrov, les pressions de Moscou ont déjà abouti à l'adoption par le gouvernement syrien du plan de paix de la Ligue arabe ainsi qu'au déploiement d'observateurs arabes sur le territoire du pays en proie à la contestation meurtrière.

    "Nous avons également joué un rôle non-négligeable dans l'adoption du plan de Kofi Annan par les autorités syriennes", a souligné le ministre russe.

    Depuis avril 2011, la Syrie est en proie à une révolte populaire hostile au régime du président Bachar el-Assad qui s'est militarisée face à la répression sanglante menée par les troupes régulières. Selon les estimations des Nations unies, la confrontation armée en Syrie aurait déjà fait plus de 9.000 morts et quelque 230.000 réfugiés.

    En avril 2012, un cessez-le-feu a été instauré entre les forces gouvernementales syriennes et les groupes armés de l'opposition, conformément au plan de paix formulé par l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe Kofi Annan. Le respect de la trêve est contrôlé par la mission de supervision mise en place sous l'égide des Nations unies. La mission comprend actuellement 270 observateurs militaires déployés dans six villes syriennes.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik