Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Rwanda: le président risque la prison pour son soutien aux rebelles congolais

    International
    URL courte
    0 01

    Les Etats-Unis ont averti les dirigeants rwandais que la Cour pénale internationale (CPI) pourrait ouvrir un procès contre le président Paul Kagame et son entourage pour leur soutien aux rebelles accusés de crimes contre l'humanité en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé jeudi le quotidien britannique The Guardian.

    Les Etats-Unis ont averti les dirigeants rwandais que la Cour pénale internationale (CPI) pourrait ouvrir un procès contre le président Paul Kagame et son entourage pour leur soutien aux rebelles accusés de crimes contre l'humanité en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé jeudi le quotidien britannique The Guardian.

    "Il existe une limite dans le droit international. Si vous la franchissez, vous risquez d'être traduit en justice pour le soutien apporté à un groupe, soutien qui permet à ce groupe de commettre des crimes", a indiqué The Guardian, citant Stephen Rapp, ambassadeur itinérant chargé des crimes de guerres au Département d'Etat américain.

    Les dirigeants rwandais peuvent être accusés de complicité avec les membres du groupe congolais M23 (Mouvement du 23 mars) créé par le général rebelle Bosco Ntaganda.

    Selon M. Rapp, les experts de l'ONU ont fourni des preuves attestant que les dirigeants rwandaises armaient les mutins du M23.

    Les relations entre le Rwanda et la République démocratique du Congo demeurent très tendues. Les autorités congolaises accusent les Rwandais de soutenir les groupes rebelles composés principalement de Tutsis, qui opèrent en RDC. Bien que ces accusations s'appuient sur des preuves fournies par l'ONU, le Rwanda continue à les nier et affirme que la RDC abrite sur son territoire des combattants hutus hostiles au gouvernement rwandais.

    Le conflit entre les deux pays africains plonge ses racines dans le génocide perpétré par les Hutus contre les Tutsi en 1994. Au moins 800.000 personnes ont alors été exterminées sur le territoire du Rwanda.

    Lire aussi:

    Les États-Unis impliqués dans le génocide rwandais?
    Attentat contre le président rwandais: «il s’agit de nier le rôle de la France»
    La France et BNP Paribas rattrapés par le génocide rwandais
    Tags:
    Cour pénale internationale (CPI), Bosco Ntaganda, Stephen Rapp, Paul Kagame, République démocratique du Congo (RDC), Rwanda
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik