Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Pologne développera son propre système antimissile (Komorowski)

    International
    URL courte
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)
    0 301

    La Pologne doit développer son propre système de défense antimissile qui fasse partie du bouclier de l'Otan, quant à la participation au projet américain - c'est une "erreur politique", a déclaré le président polonais Bronislaw Komorowski dans une interview au magazine Wrpost.

    La Pologne doit développer son propre système de défense antimissile qui fasse partie du bouclier de l'Otan, quant à la participation au projet américain - c'est une "erreur politique", a déclaré le président polonais Bronislaw Komorowski dans une interview au magazine Wrpost.

    "Nous devons posséder cet élément de défense. Il est absurde de dépenser d'énormes sommes d'argent pour le matériel militaire si ce dernier n'a pas protégé contre les attaques les plus typiques et les plus dangereuses - attaques aériennes et de missiles", a-t-il déclaré.

    Selon M. Komorowski, le système antimissile polonais devra faire partie du bouclier de l'Otan, quant à la participation aux projets américains, c'est "une grande erreur politique".

    "En acceptant la proposition américaine, nous n'avons pas pris en compte le risque politique lié au changement de président. Nous avons payé un prix très élevé et ne devons pas répéter la même erreur", a conclu le chef de l'Etat polonais.

    En 2008, la Pologne a accepté d'accueillir sur son territoire des bases de missiles intercepteurs SM-3. Les premiers éléments du système antimissile américain seront y déployés en 2018.

    Dossier:
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)

    Lire aussi:

    La Pologne aura son propre système de défense antimissile made in USA d’ici 2027
    État-major russe: la Russie doit se préparer à une frappe nucléaire US
    Moscou: le bouclier antimissile US sur le territoire de ses alliés crée une menace
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik