Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Assange appelle les Etats-Unis à arrêter la "chasse aux sorcières"

    International
    URL courte
    Procès du fondateur de WikiLeaks Julian Assange (122)
    0 01

    Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qui est apparu dimanche pour la première fois depuis deux mois en public, a exhorté les Etats-Unis à cesser la "chasse aux sorcières", rapporte un correspondant de RIA Novosti.

    Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qui est apparu dimanche pour la première fois depuis deux mois en public, a exhorté les Etats-Unis à cesser la "chasse aux sorcières", rapporte un correspondant de RIA Novosti.

    "Je prie le président des Etats-Unis de faire le bon choix. Les Etats-Unis doivent cesser la persécution de WikiLeaks, qui ressemble à la "chasse aux sorcières" et arrêter de poursuivre les fondateurs du site et ses partisans. Les Etats-Unis doivent promettre de ne pas poursuivre les journalistes qui mettent la lumière sur les crimes commis par ceux qui détiennent le pouvoir", a déclaré M.Assange du haut d'un balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres.

    Par ailleurs, Julian Assange a demandé la libération du soldat américain Bradley Manning, soupçonné d'avoir livré à l'organisation des documents militaires sur la guerre en Irak. "Si Bradley Manning a fait ce dont on l'accuse, alors il est un héros. Il est actuellement traité comme un prisonnier politique", a expliqué le fondateur de WikiLeaks.

    Julien Assange, auquel l'Equateur a accordé le 19 juin, il y a deux mois jour pour jour, l'asile politique, se réfugie dans les locaux consulaires de l'ambassade d'Equateur à Londres. Il risque l'arrestation et l'extradition immédiates vers la Suède s'il met les pieds hors de l'ambassade.

     

    Dossier:
    Procès du fondateur de WikiLeaks Julian Assange (122)

    Lire aussi:

    Assange: «La détention et l’extradition sans inculpation, une particularité de l’UE»
    Le fondateur de WikiLeaks prêt au dialogue avec les autorités US et britanniques
    Foi d’Assange, l’Équateur n’est pas à l’abri des révélations de WikiLeaks
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik