Ecoutez Radio Sputnik
    Джулиан Ассанж

    Extradition d'Assange: la politique à doubles standards de Londres (Poutine)

    © Flickr/ Cancillería del Ecuador
    International
    URL courte
    Procès du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, 2010-2018 (91)
    151
    S'abonner

    La décision de Londres, qui a accordé l'asile à plusieurs personnes condamnées en Russie, d'extrader le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange vers la Suède est une affaire politique et une manifestation de la politique à doubles standards, a déclaré le président russe Vladimir Poutine à la chaîne Russia Today.

    La décision de Londres, qui a accordé l'asile à plusieurs personnes condamnées en Russie, d'extrader le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange vers la Suède est une affaire politique et une manifestation de la politique à doubles standards, a déclaré le président russe Vladimir Poutine à la chaîne Russia Today.

    "Il est clair qu'il s'agit de doubles standards. Je ne peux rien affirmer, mais pour autant que je sache, l'Equateur a demandé aux autorités suédoises de lui garantir que M.Assange ne serait pas extradé vers les Etats-Unis. Il n'a jusqu'ici reçu aucune garantie. Cela induit à penser qu'il s'agit d'une affaire politique", a indiqué M.Poutine dans un entretien accordé à la veille d'un sommet de l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Vladivostok.

    Le fondateur australien de WikiLeaks est soupçonné en Suède de violences sexuelles qu'il aurait commises en août 2010. La Grande-Bretagne a décidé de l'extrader vers la Suède, mais M.Assange s'est vu accorder l'asile politique par l'Equateur. Depuis deux mois, il se trouve dans les locaux de l'ambassade de ce pays à Londres. Il risque l'arrestation et l'extradition immédiates vers la Suède s'il met les pieds hors de l'ambassade. Il redoute, une fois en Suède, d'être extradé vers les Etats-Unis où il pourrait répondre d'accusations d'espionnage pour avoir diffusé les câbles diplomatiques, pour lesquelles il pourrait encourir la peine de mort, selon ses partisans.

     

    Dossier:
    Procès du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, 2010-2018 (91)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik