Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Destruction des souks d'Alep: Paris accuse le régime

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 0 0

    La France impute aux autorités syriennes la responsabilité de la destruction d'une partie des célèbres souks d'Alep, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, annonce lundi le Quai d'Orsay dans un communiqué.

    La France impute aux autorités syriennes la responsabilité de la destruction d'une partie des célèbres souks d'Alep, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, annonce lundi le Quai d'Orsay dans un communiqué.

    "La France exprime sa vive condamnation suite à la destruction par les flammes du marché médiéval d'Alep causée par de violents bombardements. (...) Cet événement illustre l'intensification de la violence en Syrie et montre que le régime ne recule devant rien pour poursuivre sa répression aveugle", lit-on dans le document.

    Paris a de nouveau réitéré sa condamnation des bombardements de la population civile à Alep et dans d'autres villes syriennes.

    Aux souks de la Médina, un marché couvert de l'époque médiévale qui constitue l'un des principaux attraits touristiques d'Alep, plusieurs centaines d'échoppes sont parties en fumée dans l'incendie qui s'est déclaré samedi. Sur ce site, des combats font rage entre rebelles syriens et forces gouvernementales.

    Depuis mars 2011, la Syrie est déchirée par un conflit armé entre les troupes gouvernementales et les groupes armés de l'opposition, ayant fait, selon l'Onu, plus de 20.000 morts. Les autorités syriennes déclarent avoir affaire aux rebelles armés et financés depuis l'étranger.

     

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    «Alep, la guerre et la diplomatie»: les faits frappants dévoilés par une diplomate russe
    Le souk d'Alep, plus grand marché couvert du monde, reprend du service
    Pierre Le Corf: les jeunes d’Alep veulent raconter leur vérité, pas celle du mainstream
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik