Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: risque d'embrasement de toute la région (Brahimi)

    International
    URL courte
    0 0 0

    La crise syrienne pourrait embraser les pays voisins et la région tout entière, a mis en garde mercredi l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, en visite à Beyrouth.

    La crise syrienne pourrait embraser les pays voisins et la région tout entière, a mis en garde mercredi l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, en visite à Beyrouth.

    "Cette crise ne peut rester confinée indéfiniment au territoire syrien. Soit elle est réglée, soit elle s'aggravera, débordera, et mettra (la région) à feu et à sang", a déclaré M.Brahimi lors d'une conférence de presse conjointe avec le premier ministre libanais Nagib Mikati.

    M.Brahimi est arrivé à Beyrouth mercredi matin dans le cadre d'une tournée régionale dans les pays ayant une influence dans la crise syrienne. Cette tournée l'a déjà conduit en Arabie saoudite, Turquie, Iran, Irak et Egypte. Le soir même, il se rendra à Damas.

    Le médiateur international appelle les parties impliquées dans le conflit syrien à mettre en œuvre un cessez-le-feu à l'occasion de l'Aïd al-Adha, une des fêtes musulmanes les plus sacrées, qui sera célébrée du 26 au 28 octobre.

     

    Selon M.Brahimi, ce serait sans doute un pas microscopique, mais cela irait dans le sens d'un "cessez-le-feu plus global, le retrait de l'artillerie lourde, l'arrêt des flux d'armes de l'étranger puis d'un règlement politique en Syrie".

    Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un violent mouvement de contestation visant le régime du président Bachar el-Assad. Selon l'Onu, le conflit a déjà fait plus 30.000 morts et près de 340.000 réfugiés. Les autorités syriennes affirment faire face à des groupes de combattants bien armés et soutenus par des pays occidentaux et certains Etats arabes.

     

    Lire aussi:

    Les Syriens réfugiés en Amérique latine suivent de près la situation dans leur pays
    Le retour de la Syrie dans la Ligue arabe?
    «Assad était et reste le Président légitime de la Syrie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik