Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: Obama et Romney excluent une intervention US

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 0 0

    Les deux candidats à la présidentielle américaine, Mitt Romney et Barack Obama, se sont prononcés lundi soir à Boca Raton, en Floride, contre toute intervention militaire directe des Etats-Unis en Syrie.

    Les deux candidats à la présidentielle américaine, Mitt Romney et Barack Obama, se sont prononcés lundi soir à Boca Raton, en Floride, contre toute intervention militaire directe des Etats-Unis en Syrie.

    "Nous ne voulons pas que nos militaires prennent part [au conflit syrien]", a déclaré le républicain Mitt Romney lors du dernier débat électoral, consacré à la politique extérieure, avant la présidentielle américaine du 6 novembre prochain.

    Ce dernier a toutefois souligné que les Etats-Unis devaient armer l'opposition et jouer un rôle clé dans le règlement du conflit. Il a rappelé que l'administration américaine actuelle avait permis au régime syrien d'"assassiner plus de 30.000 personnes" depuis le début du conflit.

    "Pour nous, la Syrie est une superbe chance [de renforcer notre influence au Proche-Orient]. Ce pays continue même maintenant à avoir un important rôle régional (…). La Syrie est le seul allié de l'Iran dans le monde arabe. Elle fournit des voies et des possibilités pour armer le groupuscule Hezbollah au Liban, qui, à son tour, représente une menace pour Israël. Pour toutes ces raisons, le départ d'Assad doit être notre priorité numéro un. Il est par ailleurs important que le nouveau gouvernement syrien soit responsable", a souligné M.Romney.

    Pour sa part, le président sortant Barack Obama a indiqué que Washington jouait déjà le rôle principal dans le règlement: les Etats-Unis ont institué le groupe des "Amis de la Syrie", ont envoyé de l'aide humanitaire dans la région et ont établi un dialogue permanent avec les alliés dans la région.

    "Actuellement, nous tentons de mobiliser la communauté internationale et appelons au départ du président syrien [Bachar el-Assad]. Nous avons appliqué des sanctions à l'égard du gouvernement syrien, avons fourni de l'aide humanitaire à l'opposition et aidons cette dernière à s'organiser. Nous sommes intéressés par la mobilisation des forces à l'intérieur du pays [pour renverser le régime d'Assad]. Cependant, c'est aux Syriens de choisir leur avenir. Pour notre part, nous faisons ce qui dépend de nous et concilions nos actions avec nos partenaires dans la région", a déclaré l'hôte actuel de la Maison Blanche.

     

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    Erdogan veut «aider le peuple syrien à prendre sa décision»
    Poutine précise les délais de la défaite des terroristes en Syrie
    Les faux-semblants et les non-dits du sommet d’Istanbul sur la Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik