Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Rencontre Poutine-Sassou Nguesso à Moscou

    International
    URL courte
    0 11
    S'abonner

    Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu avec son homologue de la République du Congo Denis Sassou Nguesso, en visite à Moscou, des perspectives de coopération bilatérale dans les domaines de l'économie, de l'énergie, de l'infrastructure, des transports et de la culture.

    Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu avec son homologue de la République du Congo Denis Sassou Nguesso, en visite à Moscou, des perspectives de coopération bilatérale dans les domaines de l'économie, de l'énergie, de l'infrastructure, des transports et de la culture.

    "Nous avons l'occasion d'évoquer notre coopération économique sur différents volets, notamment en matière d'énergie et d'infrastructure. On parlera également de coopération culturelle", a indiqué M.Poutine.

    Et d'ajouter que le président de la République du Congo était connu comme un grand ami de la Russie.

    "30% des membres de votre gouvernement sont des diplômés d'universités d'ex-URSS et de Russie. J'espère que vous allez vous apercevoir que vous avez beaucoup d'amis en Russie et que vous sentirez la chaleur de nos cœurs", a déclaré le chef de l'Etat russe.

    De son côté, le président congolais a remercié M.Poutine de l'accueil chaleureux qui lui avait été réservé, ainsi qu'à son épouse et à toute la délégation du Congo-Brazzaville.

    "Depuis 1964, de solides liens d'amitié se développent entre nos deux peuples (…). Nous avons coopéré dans tous les domaines, et des milliers de Congolais, dont certains membres de ma délégation, ont fait leurs études supérieures en Russie", a-t-il indiqué.

     Le président de la République du Congo a rappelé qu'il s'était rendu plusieurs fois en Russie, et que sa dernière visite remontait à 2006, à l'occasion de sa participation au Sommet du G8 à Saint-Pétersbourg, en tant que représentant de l'Union africaine (UA).

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik