Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Mali: Washington accepte de ravitailler les avions français

    International
    URL courte
    Aggravation de la situation au Mali (91)
    0 35001

    Le Pentagone a accepté de ravitailler en vol les avions de combat français intervenant au Mali, a fait savoir l'armée américaine dans un communiqué de presse diffusé samedi soir.

    Selon le porte-parole du Pentagone George Little, les forces armées françaises ont demandé à l'administration Obama de mettre ses avions-ravitailleurs à la disposition des appareils français opérant au Mali. Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a pris la décision d'approuver cette requête, a indiqué le porte-parole.

    Les Etats-Unis, ainsi que certains pays européens et africains apportent leur soutien aux forces françaises en mission au Mali. Ainsi, la Grande-Bretagne a mis à la disposition de la France des avions de transport tactique et stratégique, tandis que les Etats-Unis fournissent à Paris un soutien en matière de renseignements à l'aide de leurs satellites. L'Allemagne pour sa part étudie à présent la possibilité d'octroi de l'aide logistique, humanitaire et médicale aux forces françaises.

    Au 16ème jour de l'intervention française au Mali, les militaires français et maliens se sont emparés samedi du bastion islamiste de Gao, la principale ville du Nord du pays, marquant ainsi un tournant majeur dans la lutte contre les islamistes armés.

    Dossier:
    Aggravation de la situation au Mali (91)

    Lire aussi:

    Vers vingt ans de présence française au Mali ?
    Les troupes françaises éliminent 20 djihadistes à la frontière Mali-Burkina Faso
    Attentat dans un hôtel au Mali: au moins 4 morts, un Français porté disparu
    Mali: des patrouilles unifiées mises en place pour assurer la paix à Gao
    Un hélicoptère allemand avec deux casques bleus de l’Onu s’écrase dans le nord du Mali
    Tags:
    avions militaires, ravitaillement, George Little, Mali, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik