Ecoutez Radio Sputnik
    La centrale nucléaire à Bouchere

    Iran: la "massue des sanctions" inefficace, voire dangereuse (Moscou)

    © Sputnik. Valeriy Melnikov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 6 0 0

    Moscou estime que l'usage de la "massue des sanctions" contre l'Iran est l'instrument d'une politique inefficace, voire dangereuse, a indiqué devant les journalistes le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    Moscou estime que l'usage de la "massue des sanctions" contre l'Iran est l'instrument d'une politique inefficace, voire dangereuse, a indiqué jeudi devant les journalistes le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    "Une telle politique a démontré son inefficacité. Nous avons signalé à maintes reprises qu'elle créait d'immenses difficultés économiques, avant tout pour la population civile (…). Qui plus est, elle complique le processus de règlement politique et entrave celui des négociations", a déclaré le diplomate.

    Et de rappeler qu'à chaque fois, à la veille de toute rencontre importante entre les Six médiateurs sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne) et l'Iran, la tentation de recourir une nouvelle fois à la "massue des sanctions" s'observait.

    "Moscou estime que c'est une politique extrêmement dangereuse", a souligné M.Loukachevitch.

    Les Etats-Unis viennent d'imposer de nouvelles sanctions contre l'Iran qui visent entre autres à réduire ses recettes pétrolières. Face à la poursuite des activités nucléaires iraniennes, l'Union européenne, deuxième client pétrolier de l'Iran derrière la Chine, a gelé ses importations de pétrole iranien, se joignant aux Etats-Unis pour frapper au cœur de l'économie de la République islamique.

    Les Etats-Unis et d'autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert du programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.

    Depuis 2003, les Six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik