Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Abolition des visas Russie-UE: tous les accords de réadmission signés

    International
    URL courte
    0 3010

    En signant vendredi avec le Portugal un protocole d'application de l'accord de réadmission, la Russie a fait un nouveau pas important vers l'abolition des visas avec l'Union européenne, le Portugal étant le dernier pays de l'UE à ne pas être lié avec la Russie par un tel protocole.

    En signant vendredi avec le Portugal un protocole d'application de l'accord de réadmission, la Russie a fait un nouveau pas important vers l'abolition des visas avec l'Union européenne, le Portugal étant le dernier pays de l'UE à ne pas être lié avec la Russie par un tel protocole.

    Ce dernier a été signé par le chef adjoint du Service fédéral russe des migrations Nikolaï Smorodine et l'ambassadeur du Portugal à Moscou Pedro Nuno Bartolo.

    Le document signé vendredi "est le 24e protocole d'application conclu par la Russie avec les pays signataires de l'accord de réadmission entre la Fédération de Russie et l'Union européenne. Nous avons achevé par là même le processus de signature des protocoles d'application avec tous les participants à l'accord de réadmission", a déclaré M. Smorodine.

    L'accord lui-même a été conclu le 25 mai 2006 dans le cadre des "démarches conjointes" axées sur la suppression des visas pour les séjours de courte durée entre la Russie et l'Union européenne.

    "Le Portugal soutient l'idée d'abroger les visas de court séjour" entre la Russie et l'UE, a indiqué M. Nuno Bartolo.

    "Il ne fait aucun doute que le passage au régime sans visas profitera aux deux parties sur le plan humanitaire et économique", a conclu le diplomate portugais.

    Lire aussi:

    Poutine ratifie un protocole sur le déploiement des avions russes en Syrie
    Le Conseil de la Fédération ratifie la disposition des forces aériennes russes en Syrie
    Australie: Washington contraint et forcé d'honorer l'accord sur les réfugiés
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik