Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Serbie: pas de reconnaissance du Kosovo en échange de l'adhésion à l'UE

    International
    URL courte
    0 1301

    La Serbie n'est pas prête à reconnaître l'indépendance du Kosovo en échange de son adhésion à l'Union européenne, a déclaré lors d'une conférence de presse à RIA Novosti l'ambassadeur serbe en Russie Slavenko Terzić.

    La Serbie n'est pas prête à reconnaître l'indépendance du Kosovo en échange de son adhésion à l'Union européenne, a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse à RIA Novosti l'ambassadeur serbe en Russie Slavenko Terzić.

    "La Serbie est prête à accorder la plus large autonomie aux Albanais kosovars, mais ne reconnaîtra jamais l'Etat artificiel du Kosovo", a martelé le diplomate.

    Et d'ajouter que les partenaires de la Serbie en Europe ignoraient le problème de l'anéantissement du patrimoine culturel de la Serbie sur le territoire du Kosovo.

    Les négociations d'adhésion de la Serbie à l'Union européenne doivent commencer l'année prochaine et pourraient prendre, selon des experts, 3 à 5 ans. Comme condition de l'entrée à l'UE,  Bruxelles a exigé que Belgrade normalise ses relations avec Pristina. Le 1er mars 2012, l'UE a accordé à la Serbie le statut de candidat à l'adhésion. Quant au Kosovo, Bruxelles déclare possible d'entamer ce printemps des négociations pour signer un accord bilatéral de stabilisation et d'association.

    Le 17 février 2008, les autorités albanaises du Kosovo, soutenues par les Etats-Unis et par certains pays membres de l'Union européenne, ont unilatéralement proclamé l'indépendance de cette province serbe. La Serbie conteste cette proclamation d'indépendance unilatérale et considère toujours le Kosovo comme sa province méridionale.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    Le Président serbe prêt à négocier avec les Albanais du Kosovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik