Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Cyberattaques: l'armée chinoise rejette les accusations de Washington

    International
    URL courte
    0 31

    Le ministère chinois de la Défense a démenti mercredi toute implication dans les cyberattaques visant les entreprises et institutions américaines, lit-on dans une déclaration du porte-parole de l'Armée de libération du peuple, Geng Yansheng.

    Le ministère chinois de la Défense a démenti mercredi toute implication dans les cyberattaques visant les entreprises et institutions américaines, lit-on dans une déclaration du porte-parole de l'Armée de libération du peuple, Geng Yansheng.

    "La législation chinoise interdit toute atteinte à la sécurité informatique, et le gouvernement de la République populaire de Chine lutte contre de telles violations", a indiqué le porte-parole de l'armée chinoise.

    Mardi 19 février, la société américaine Mandiant spécialisée dans la sécurité informatique a présenté un rapport selon lequel les cyberattaques visant les Etats-Unis étaient menées par l'unité 61398 de l'armée chinoise déployée dans les faubourgs de Shanghai. D'après le document, l'unité secrète pourrait compter des milliers de membres experts en anglais et en programmation.

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei a déjà démenti ces accusations, indiquant que la Chine était elle-même régulièrement visée par des attaques informatiques dont les signatures pouvaient été remontées jusqu'aux Etats-Unis.

    "Les cyberinformatiques sont transnationales et anonymes, et leur source est souvent difficile à détecter. Les militaires chinois n'ont jamais soutenu les activités de piratage informatique", stipule le communiqué des forces armées chinoises.

    Lire aussi:

    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Damas annonce l’entrée de blindés turcs dans la ville syrienne de Saraqeb
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik