International

Liste Magnitski: le président tchétchène serait sur la partie secrète (journal)

International
URL courte
Loi Magnitski (80)
0 10
S'abonner

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov figurerait sur la partie confidentielle de la liste Magnitski des citoyens russes frappés par les sanctions économiques et de visas américaines, a annoncé le journal New York Times se référant à une source au sein du gouvernement américain.

Le président tchétchène Ramzan Kadyrov figurerait sur la partie confidentielle de la liste Magnitski des citoyens russes frappés par les sanctions économiques et de visas américaines, a annoncé samedi le journal New York Times se référant à une source au sein du gouvernement américain.

L'administration américaine n'a pas encore confirmé cette information.

Le porte-parole du président tchétchène a déclaré que M.Kadyrov "ne le prenait pas au sérieux".

Le ministère américain des Finances a publié vendredi la liste Magnitski qui comprend les noms de citoyens russes qui, selon les Etats-Unis, sont impliqués dans la mort de Sergueï Magnitski, juriste du fonds d'investissement Hermitage Capital Management mis en examen pour fraude fiscale et décédé dans une prison de Moscou faute d'avoir reçu des soins médicaux.

Mise en ligne sur le site du ministère, la liste comprend 18 noms parmi lesquels il n'y a pas de fonctionnaires de haut rang, mais selon des responsables américains cités par les médias, elle comprend aussi une partie confidentielle.

L'administration américaine a décidé de ne pas dévoiler l'ensemble de la liste Magnitski qui comprendrait des dirigeants russes de haut rang, en vue d'éviter l'adoption de sanction symétriques par Moscou, selon New York Times.

Dossier:
Loi Magnitski (80)

Lire aussi:

Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook