Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: la frappe israélienne, "cadeau pour Assad" (Erdogan)

    International
    URL courte
    Raids israéliens en Syrie (19)
    0 1310

    Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a condamné la frappe effectuée par l'aviation israélienne dans les environs de Damas, en la qualifiant de "cadeau" pour le président syrien Bachar el-Assad, qui pourrait l'exploiter pour détourner l'attention du conflit à l'intérieur du pays.

    Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a condamné mardi la frappe effectuée par l'aviation israélienne dans les environs de Damas, en la qualifiant de "cadeau" pour le président syrien Bachar el-Assad, qui pourrait l'exploiter pour détourner l'attention du conflit à l'intérieur du pays.

    "La frappe israélienne contre Damas est absolument inacceptable et ne peut avoir aucune justification. Pour le régime illégitime d'Assad, cette attaque est un beau cadeau et un atout précieux", a déclaré M.Erdogane devant le groupe parlementaire de son Parti pour la justice et le développement (AKP).

    Et d'expliquer qu'Assad pourrait exploiter cette frappe aérienne pour détourner l'attention de l'opinion mondiale du conflit sanglant en Syrie.

    L'aviation israélienne a effectué plusieurs frappes sur le territoire syrien le 4 mai et dans la nuit du 4 au 5 mai. Selon des sources au sein des services de renseignement occidentaux, l'attaque visait un convoi d'armes destinées au mouvement libanais Hezbollah. Pour sa part, l'agence officielle syrienne Sana a accusé l'Etat hébreu d'avoir frappé un centre scientifique dans une banlieue de Damas.

    Le conflit en Syrie a fait plus de 70.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés depuis mars 2011, selon l'Onu. Les rebelles syriens bénéficient d'un soutien étranger. Damas affirme que des milliers de mercenaires étrangers, y compris des commandos de groupes terroristes, combattent dans les rangs de l'opposition armée. L'Occident ne cesse d'insister sur le départ du président Bachar el-Assad.

    Moscou avertit qu'une éventuelle victoire de l'opposition anti-Assad en Syrie porterait au pouvoir "les extrémistes", et non les membres de la Coalition nationale de l'opposition syrienne.

    Dossier:
    Raids israéliens en Syrie (19)

    Lire aussi:

    Erdogan veut «aider le peuple syrien à prendre sa décision»
    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    Israël aurait de nouveau frappé des positions du Hezbollah en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik