Ecoutez Radio Sputnik
International

Chine: première visite du chef de l'Eglise orthodoxe russe

International
URL courte
01000

Le chef de l'Eglise orthodoxe russe Cyrille, arrivé vendredi pour sa première visite en Chine, a rencontré le président chinois Xi Jinping à Pékin.

Le chef de l'Eglise orthodoxe russe Cyrille, arrivé vendredi pour sa première visite en Chine, a rencontré le président chinois Xi Jinping à Pékin.

"Vous êtes le premier Patriarche de Moscou et de Toutes les Russes et le premier leader religieux de Russie à visiter notre pays. Cela montre bien un niveau élevé et une qualité spéciale des relations russo-chinoises", a indiqué M.Xi accueillant le chef de l'Eglise orthodoxe russe.

M.Xi s'est félicité des résultats de son séjour en Russie en mars dernier avant de saluer la visite du Patriarche russe en Chine. Il a demandé au Patriarche Cyrille de transmettre ses salutations et meilleurs vœux au président russe Vladimir Poutine.

Xi Jinping a remercié le chef de l'Eglise orthodoxe russe pour les condoléances qu'il avait adressées aux dirigeants chinois après le séisme dévastateur survenu dans la province du Sichuan.

"Une vraie amitié garantit la sécurité, elle sert de base pour la coopération (…). L'Eglise orthodoxe russe considère que sa mission consiste notamment à contribuer au renforcement d'une vraie amitié entre nos deux peuples", a déclaré le Patriarche Cyrille à l'issue de la rencontre avec le dirigeant chinois.

Pendant sa visite, qui durera jusqu'au 15 mai, le Patriarche russe rencontrera les dirigeants chinois, les chefs de communautés chrétiennes de Chine et les responsables du Département chinois des Affaires religieuses, selon le service de presse du Patriarche. Le chef de l'Eglise orthodoxe russe célèbrera des offices à l'église de l'Intercession-de-la-Vierge de Harbin et en la cathédrale de Shanghai.

L'Eglise orthodoxe de Chine a obtenu son autonomie auprès de l'Eglise orthodoxe russe pendant les années 1950. Elle n'a pas de dirigeant depuis la mort des évêques chinois Basile de Pékin et Siméon de Shanghai pendant les années 1960. A l'heure actuelle, elle manque de prêtres et n'arrive pas à organiser des services religieux réguliers, selon les experts.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres