Ecoutez Radio Sputnik
    La centrale nucléaire à Bouchere

    Nucléaire: aucune pression de l'AIEA sur l'Iran (source)

    © Sputnik. Valeriy Melnikov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 0 0 0

    Une source au sein du conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique a confié mardi à RIA Novosti que ni l'AIEA ni les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien n'avaient l'intention d'accentuer leur pression sur Téhéran pour le contraindre à abandonner son programme nucléaire.

    Une source au sein du conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique a confié mardi à RIA Novosti que ni l'AIEA ni les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien n'avaient l'intention d'accentuer leur pression sur Téhéran pour le contraindre à abandonner son programme nucléaire.
     
    "Toute pression sur l'Iran ferait le jeu des forces conservatrices dans ce pays à la veille de l'élection présidentielle. Nous ne cherchons pas à exercer une pression sur Téhéran, mais à faire avancer les deux parties - l'Iran et l'AIEA - vers un travail conjoint", a indiqué la source.
     
    L'élection présidentielle en Iran est fixée au 14 juin.
     
    Depuis 2003, les Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) œuvrent conjointement avec l'AIEA pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire.
     
    L'interlocuteur de RIA Novosti a en outre déclaré ne pas être d'accord avec l'opinion selon laquelle le discours prononcé lundi par le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano lors de l'ouverture de la réunion du Conseil des gouverneurs possédait un ton plus sévère que d'habitude.
     
    "Il a tout simplement décrit la situation telle qu'elle existe actuellement", a affirmé la source.

     
    Dans son discours, M. Amano a déclaré que l'Iran violait les décisions de l'AIEA et les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU et qu'il augmentait le nombre de ses centrifugeuses d'enrichissement d'uranium, ainsi que ses stocks d'uranium enrichi, sans fournir d'informations actualisées sur le réacteur à eau lourde IR-40 à Arak.
     
    Le directeur général de l'AIEA a également souligné que les négociations entre l'Agence et l'Iran "tournaient en rond" et que cette question serait évoquée par le Conseil des gouverneurs mercredi.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Chef de l’AIEA: la Russie est un participant actif au progrès de l’énergie atomique
    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik