Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: Londres se contentera d'entraîner les rebelles (journal)

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 0 0

    La Grande-Bretagne n'a pas l'intention d'armer les rebelles, mais de leur faire suivre une formation militaire a annoncé lundi le quotidien britannique Daily Mail, citant des sources haut placées au sein du gouvernement.

    La Grande-Bretagne n'a pas l'intention d'armer les rebelles, mais de leur faire suivre une formation militaire a annoncé lundi le quotidien britannique Daily Mail, citant des sources haut placées au sein du gouvernement. 
     
    "On peut faire trois choses: fournir des armes, dispenser une formation et donner des consultations. On attend de nous des démarches susceptibles de modifier la situation. Cela signifie la formation et des consultations. Il est impossible de livrer aux rebelles autant d'équipements militaires qu'il faut pour se battre d'égal à égal contre le régime", a déclaré l'interlocuteur du journal.
     
    Il a souligné que les armements britanniques n'étaient pas en mesure de modifier le rapport des forces en faveur de l'opposition syrienne qui ne manquait pas d'armes fournies par le Qatar et l'Arabie saoudite. 
     
    Selon le Daily Mail, "les ministres [britanniques] estiment qu'il faudra 18 mois d'hostilités pour amener Assad à se mettre à la table de négociations".
     
    Le premier ministre David Cameron et le chef du Foreign Office William Hague ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils œuvreraient pour un règlement politique du conflit syrien et que l'escalade de la tension ne répondait aux intérêts d'aucune des parties. M. Cameron a dans le même temps souligné que Londres n'avait pas encore pris de décision concernant les fournitures d'armes aux rebelles, mais qu'il n'écartait pas cette possibilité.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Moscou s’exprime sur les premiers résultats de la présidentielle en Ukraine
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik