Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Egypte: Washington appelle à enquêter sur les récents affrontements

    International
    URL courte
    Escalade de la violence en Egypte (2013) (239)
    0 0 0

    Washington appelle les autorités égyptiennes à enquêter sur les récents affrontements sanglants entre adversaires et partisans du président déchu Mohammed Morsi et à libérer les leaders politiques arrêtés, a déclaré samedi soir le secraitaire d'Etat américain John Kerry.

    Washington appelle les autorités égyptiennes à enquêter sur les récents affrontements sanglants entre adversaires et partisans du président déchu Mohammed Morsi et à libérer les leaders politiques arrêtés, a déclaré samedi soir le secraitaire d'Etat américain John Kerry.

    "En ce moment critique il est important que les forces de sécurité et le gouvernement provisoire respectent le droit des citoyens de protester pacifiquement. Les Etats-Unis appellent  à lancer une enquête indépendante et sans parti pris concernant les événements récents et s'attendent de la part des leaders politiques des actions immédiates visant à régler la situation", a indiqué le chef de la diplomatie américaine.

    Selon lui, toutes les forces politiques devraient prendre part au dialogue.

    "Les Etats-Unis renouvellent leur appel à mettre un terme aux arrestations politiques et à libérer les leaders politiques conformément à la loi", a souligné le secrétaire d'Etat américain.

    Vendredi soir et samedi matin des heurts entre les opposants et partisans du président déchu Mohammed Morsi se sont déroulés dans plusieurs villes égyptiennes, faisant, selon les autorités, plus de 80 morts et plusieurs centaines de blessés. De leur côté, les Frères musulmans font état de près de 120 morts et 4.500 blessés.

    Ces derniers jours, l'Egypte traverse une profonde crise politique. Le président Mohamed Morsi a été écarté du pouvoir le 3 juillet par l'armée après des manifestations de grande ampleur réclamant son départ. Il a été placé en résidence surveillée dans un site militaire sans aucune décision judiciaire. Le parquet général du pays examine plusieurs plaintes de particuliers contre Mohammed Morsi pour "espionnage", "incitation au meurtre de manifestants" et "mauvaise gestion économique".

    Dossier:
    Escalade de la violence en Egypte (2013) (239)

    Lire aussi:

    Mohamed Morsi condamné à trois ans de prison pour «outrage à la magistrature»
    Égypte: plus de 50 ans de désordre politique
    L'Égypte détruit dix véhicules chargés d'armes à la frontière libyenne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik