Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Traité Ciel ouvert: deux vols d'inspecteurs russes aux Etats-Unis

    International
    URL courte
    Traité Ciel ouvert (118)
    0 0 0

    Des inspecteurs russes survoleront deux fois le territoire américain à bord d'un Tu-154M-Lk-1 dans le cadre du traité Ciel ouvert, a annoncé dimanche aux journalistes le directeur du Centre national de diminution de menace nucléaire Sergueï Rijkov.

    Des inspecteurs russes survoleront deux fois le territoire américain à bord d'un Tu-154M-Lk-1 dans le cadre du traité Ciel ouvert, a annoncé dimanche aux journalistes le directeur du Centre national de diminution de menace nucléaire Sergueï Rijkov.

    "Dans le cadre du Traité international Ciel ouvert, du 28 juillet au 12 août un groupe d'inspecteurs russes à bord d'un TU-154M-Lk-1 réaliseront deux vols d'inspection au-dessus du territoire américain", a indiqué le directeur.

    Les vols seront effectués depuis les aérodromes Travis et Wright Patterson.

    Conjointement avec des représentants du pays survolé, les spécialistes russes contrôleront l'utilisation des moyens techniques de surveillance et le respect des ententes conclues.

    Il s'agit des 23e et 24e vols d'inspecteurs russes réalisés cette année sur les territoires d'Etats membres du Traité. 
    Signé le 24 mars 1992 à Helsinki, le Traité Ciel ouvert est appliqué depuis le 1er janvier 2002. Le document vise à accroître la transparence et la confiance entre les Etats signataires dans le domaine des activités militaires et du contrôle des armements.

    Le traité a été signé par 34 Etats d'Europe et d'Amérique du Nord, membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). La Russie y a adhéré le 26 mai 2001.

    Dossier:
    Traité Ciel ouvert (118)

    Lire aussi:

    «Ciel ouvert»: les Russes survoleront les USA, les USA la Russie
    Traité Ciel ouvert: Moscou réagit aux restrictions imposées par les États-Unis
    Un avion militaire russe se prépare à survoler les États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik