Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: Damas accuse les anti-Assad de provoquer une intervention

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 0 0

    Les combattants de l'opposition syrienne ont utilisé des armes chimiques fabriquées en Turquie afin de provoquer une intervention occidentale dans le pays, a déclaré mercredi le représentant permanent de la Syrie auprès de l'Onu Bashar al-Jaafari.

    Les combattants de l'opposition syrienne ont utilisé des armes chimiques fabriquées en Turquie afin de provoquer une intervention occidentale dans le pays, a déclaré mercredi le représentant permanent de la Syrie auprès de l'Onu Bashar al-Jaafari.

    "Les groupes armés ont employé des armes chimiques en vue de provoquer une intervention militaire et une agression contre la Syrie", a affirmé le diplomate cité par les médias européens.

    Selon lui, "des groupes terroristes", soutenus par la Turquie et plusieurs pays occidentaux, ont mis en place un laboratoire destiné à fabriquer des armes chimiques sur le territoire turc en utilisant des matières fournies par "la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar".

    La semaine dernière, plusieurs médias ont rapporté que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé une vaste attaque chimique dans une banlieue de Damas faisant, selon diverses estimations, entre 350 et 1.300 morts. Ces rapports ont provoqué en Occident une nouvelle vague d'appels à une intervention militaire dans le conflit syrien.

    Dimanche, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a déclaré que les forces armées des Etats-Unis étaient prêtes à réaliser un scénario militaire en Syrie, si le président Barack Obama en donnait l'ordre.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    «Un nouveau spectacle» avec l'emploi d'armes chimiques se monte en Syrie
    Syrie: l'Occident a transformé ses mensonges «en arme de destruction massive»
    De nouveaux faits sur un laboratoire chimique clandestin à Douma
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik