Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie/attaque chimique: l'Otan n'a pas fourni de preuves (Brahimi)

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 0 0

    Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France n'ont toujours fourni aucune preuve de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, a indiqué mercredi l'émissaire spécial de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi.

    Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France n'ont toujours fourni aucune preuve de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, a indiqué mercredi l'émissaire spécial de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi.

    "Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et d'autres pays ont déclaré que des armes chimiques avaient été utilisées", a déclaré M. Brahimi lors d'une conférence de presse à Genève. 

    Selon le diplomate, les Américains, les Britanniques et les Français affirment disposer des preuves "indéniables".

    "Ils nous ont dit qu'ils allaient les présenter. Or, ils n'ont rien présenté pour le moment", a constaté M. Brahimi.

    "Il nous serait très intéressant de les voir fournir les preuves qui sont en leur possession", a conclu l'émissaire spécial de l'ONU. 

    Le 21 août dernier, plusieurs médias ont rapporté que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé une vaste attaque chimique dans une banlieue de Damas faisant, selon diverses estimations, entre 350 et 1.300 morts. Cette information a provoqué en Occident une nouvelle vague d'appels à une intervention militaire en Syrie.

    Damas a rejeté cette accusation. Le ministre syrien de l'Information Omran al-Zoubi a déclaré mardi que l'armée syrienne n'avait jamais recouru aux gaz de combat.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    Rien n’atteste l’usage d’armes chimiques en Syrie, sinon des «sources d’Al-Qaïda»
    L’Occident et les prétendues attaques chimiques en Syrie
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik