Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie/armes chimiques: un ex-otage accuse les anti-Assad

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 1 0 0

    Les forces gouvernementales syriennes n'ont pas employé d'armes chimiques dans une banlieue de Damas, a déclaré l'enseignant belge Pierre Piccinin, enlevé en Syrie en avril et libéré dimanche avec le journaliste italien Domenico Quirico.

    Les forces gouvernementales syriennes n'ont pas employé d'armes chimiques dans une banlieue de Damas, a déclaré l'enseignant belge Pierre Piccinin, enlevé en Syrie en avril et libéré dimanche avec le journaliste italien Domenico Quirico.

    "C'est un devoir moral de le dire. Ce n'est pas le gouvernement de Bachar el-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas", a affirmé l'ex-otage dans une interview à la RTBF.

    Dans le même temps, M.Piccinin a estimé qu'il était "trop tard" pour une intervention en Syrie.

    "J'ai longtemps plaidé pour qu'on soutienne l'Armée syrienne libre, c'étaient des officiers sérieux qui désertaient l'armée du régime pour encadrer la révolution, et lui donner un élan démocratique et laïque. On n'a pas soutenu ces gens; on a permis aux myriades de mouvements islamistes soutenus par des monarchies du Golfe de prendre le dessus (…). Qui va-t-on soutenir maintenant? C'est trop tard", a expliqué l'enseignant.

    Une source proche du gouvernement belge a par la suite indiqué que les propos de M.Piccinin "n'engageaient que lui-même".

    Pierre Piccinin et Domenico Quirico avaient été enlevés en avril 2013 par des islamistes syriens. Au moment de son enlèvement, le Belge effectuait son septième voyage en Syrie depuis le début du conflit entre pro- et anti-Assad en mars 2011.

    La situation en Syrie a atteint sa "phase critique" le 21 août, lorsque les médias ont fait état d'une attaque chimique présumée menée par les autorités syriennes près de Damas. Le régime d'Assad ayant, selon l'administration américaine, "franchi la ligne rouge" pointée par Washington durant l'été 2012, Barack Obama espère obtenir le feu vert du Congrès US afin de lancer une opération militaire en Syrie.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik