Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: l'initiative russe ne stoppera pas les violences (pays du Golfe)

    International
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 0 0

    La position des six monarchies du Golfe sur la Syrie restera inchangée, car l'initiative russe prévoyant l'établissement d'un contrôle international sur les arsenaux chimiques syriens n'est pas en mesure de stopper l'effusion de sang en Syrie, a déclaré mardi le ministre bahreïni des Affaires étrangères Khaled ben Ahmed el-Khalifa.

    La position des six monarchies du Golfe sur la Syrie restera inchangée, car l'initiative russe prévoyant l'établissement d'un contrôle international sur les arsenaux chimiques syriens n'est pas en mesure de stopper l'effusion de sang en Syrie, a déclaré mardi le ministre bahreïni des Affaires étrangères Khaled ben Ahmed el-Khalifa.

    "Nous nous opposons aux tentatives de retarder l'arrêt de l'effusion de sang en Syrie", a affirmé le ministre lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des chefs de diplomatie des pays du Conseil de coopération du Golfe à Djeddah (Arabie saoudite).

    Selon M. el-Khalifa, le Conseil de coopération appelle la communauté internationale à intervenir d'urgence pour mettre fin aux violences. Quant à l'initiative russe, elle ne porte que sur les armes chimiques et ne contribue pas à régler le conflit.

    Moscou a proposé lundi de placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international. Cette proposition a immédiatement été soutenue par Damas, mais rejetée par l'opposition syrienne. Le président américain Barack Obama a confié la trouver intéressante.

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Ministre syrien: «Damas n’aurait tiré aucun profit du recours à l’arme chimique»
    «Vous trouvez ça normal?»: Sergueï Lavrov évoque la mission de l'OIAC en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik