Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Réunion des "Amis de la Syrie": menace voilée de recours à la force (Moscou)

    International
    URL courte
    Une éventuelle intervention en Syrie (2013) (295)
    0 2011

    Le communiqué final de la réunion de Londres des "Amis de la Syrie" est une menace mal dissimulée de retour au scénario militaire, ce qui est absolument inacceptable, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    Le communiqué final de la réunion de Londres des "Amis de la Syrie" est une menace mal dissimulée de retour au scénario militaire, ce qui est absolument inacceptable, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

    "Dans le document de Londres, un changement de régime à Damas est de nouveau assigné en tant qu'objectif principal, alors que la Coalition nationale (de l'opposition, ndlr) est définie comme l'unique représentant légitime du peuple syrien. On profère la menace de mobiliser +toutes les options+ d'influence sur les transgresseurs des décisions londoniennes", rappelle le diplomate.

    Selon M.Loukachevitch, "c'est une menace mal dissimulée de retour au scénario d'un recours à la force militaire, ce qui est absolument inacceptable".

    Réunis le 22 octobre dans la capitale britannique, les ministres des Affaires étrangères des onze pays membres du Groupe des amis de la Syrie et le chef de la Coalition nationale syrienne Ahmad Djerba se sont penchés sur les préparatifs de la conférence de paix internationale Genève-2.

    Le Groupe des amis de la Syrie rassemble onze pays qui soutiennent les opposants au président syrien Bachar el-Assad: les Etats-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, l'Allemagne, l'Egypte, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Jordanie et l'Arabie saoudite.

    Dossier:
    Une éventuelle intervention en Syrie (2013) (295)

    Lire aussi:

    Lutte antiterroriste: Assad salue la contribution de Moscou et Téhéran
    Le Kremlin désapprouve l’accusation de Washington concernant «l’attaque chimique» de Damas
    Les tentatives US de justifier la frappe contre les pro-Assad «inacceptables»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik