Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Dissolution de la CEEA: Poutine hostile à toute précipitation

    International
    URL courte
    0 0 0

    Il convient de ne pas se hâter de dissoudre la Communauté économique eurasiatique (CEEA) afin de ne pas compromettre la base juridique de l'Union douanière (Russie-Biélorussie-Kazakhstan), a estimé à Minsk le président russe Vladimir Poutine.

    Il convient de ne pas se hâter de dissoudre la Communauté économique eurasiatique (CEEA) afin de ne pas compromettre la base juridique de l'Union douanière (Russie-Biélorussie-Kazakhstan), a estimé jeudi à Minsk le président russe Vladimir Poutine.
     
    "Il ne faut pas liquider la CEEA du jour au lendemain pour ne pas compromettre la base juridique de l'Union douanière (…). Nous devons réfléchir et trouver une solution qui ne nous encombre pas de structures superflues", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une réunion du Conseil économique supérieur eurasiatique dans la capitale biélorusse.
     
    Et d'ajouter qu'il ne fallait pas oublier les autres partenaires au sein de l'Espace économique commun (membres de la CEEA).
     
    "On pourrait les inviter en tant qu'observateurs afin qu'ils ne se perdent pas, qu'ils soient toujours avec nous, qu'ils comprennent ce qui se passe et se servent partiellement des instruments élaborés au sein de l'Espace économique commun", a indiqué M.Poutine.
     
    Lors de cette même réunion à Minsk, le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a proposé de dissoudre la CEEA au profit de l'Union douanière, l'existence de deux organisations parallèles étant superflue. Selon M.Nazarbaïev, le Kirghizstan et le Tadjikistan pourraient adhérer à l'Union douanière à titre d'observateurs.

     
    La CEEA regroupe à ce jour la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.

    Lire aussi:

    Union économique eurasiatique: pas une réincarnation de l'URSS, selon le Président kazakh
    Quels documents Macron signera-t-il en Russie?
    Rosatom fournira à la France une plateforme pour tester les «réacteurs du futur»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik