Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Libye: 16.000 criminels se font passer pour des révolutionnaires (ministre)

    International
    URL courte
    0 3 0 0

    La situation sécuritaire en Libye est compliquée par les formations paramilitaires, mais aussi par les nombreux criminels qui se sont évadés de prison, et se font désormais passer pour des révolutionnaires, a indiqué le ministre libyen des Affaires étrangères Mohamed Abdel Aziz.

    La situation sécuritaire en Libye est compliquée par les formations paramilitaires, mais aussi par les nombreux criminels qui se sont évadés de prison, et se font désormais passer pour des révolutionnaires, a indiqué vendredi le ministre libyen des Affaires étrangères Mohamed Abdel Aziz.

    "Bien des problèmes en matière de sécurité sont dus à la grande quantité d'armes dans la population, mais aussi au fait que l'année dernière près de 16.000 prisonniers se sont retrouvés en liberté et se font passer pour des révolutionnaires", a déclaré le ministre dans une interview au journal saoudien al-Sharq al-Awsat.

    Il a toutefois reconnu que certains groupes ayant participé au renversement du régime de Mouammar Kadhafi aidaient à présent l'armée et la police à maintenir la sécurité et l'ordre dans le pays.

    "Nous ne pourrons nous en passer que si nous arrivons à créer une puissante armée et achevons la formation d'une police et de forces de sécurité que les révolutionnaires pourraient intégrer", a indiqué M.Abdel Aziz.

    Bien que plus de deux ans se soient écoulés depuis la chute du régime de Kadhafi, de nombreux groupes paramilitaires d'anciens rebelles opèrent toujours en Libye. Ils sont souvent beaucoup plus puissants et influents que les autorités officielles et se substituent même à ces dernières dans certaines régions.        

    Tripoli essaie d'inverser la situation, cherchant à impliquer ces groupes dans des activités légales. L'expérience montre cependant que les ex-rebelles ne coopèrent avec le pouvoir que si leurs intérêts coïncident. Il y a quinze jours, les commandos d'un groupe influent ont pris en otage le premier ministre libyen Ali Zeidan et l'ont retenu pendant plusieurs heures en raison de divergences politiques. Des attaques ont en outre été perpétrées contre des établissements gouvernementaux, des commissariats de police et des ambassades étrangères.

    Lire aussi:

    Ex-Premier ministre libyen Ali Zeidan: enlevé ou interpellé?
    Cousin de Kadhafi: les partisans de la Jamahiriya prêts à revenir au pouvoir en Libye
    À peine amnistié, le fils de Kadhafi de nouveau recherché par la CPI
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik