Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Belgique/espionnage: portables interdits lors des réunions secrètes

    International
    URL courte
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)
    0 410

    Le premier ministre belge Elio Di Rupo a prié les ministres de ne pas apporter de smartphones aux réunions gouvernementales consacrées à des "questions sensibles", a fait savoir mardi un porte-parole du chef du gouvernement.

    Le premier ministre belge Elio Di Rupo a prié les ministres de ne pas apporter de smartphones aux réunions gouvernementales consacrées à des "questions sensibles", a fait savoir mardi un porte-parole du chef du gouvernement.

    "Lorsqu'on discute d'informations sensibles, il arrive effectivement que le premier ministre demande à tout le monde de remettre son téléphone portable", a indiqué le porte-parole.

    Toujours selon lui, les ministres déposent leurs smartphones dans une petite pièce attenante.

    Lundi, la Belgique a soutenu l'initiative franco-allemande visant à mener avant la fin de l'année en cours des négociations bilatérales avec les Etats-Unis pour "trouver un compromis" sur les activités des services secrets.

    La semaine dernière, le journal britannique The Guardian se référant aux données fournies par Edward Snowden, ex-agent de la CIA, a rapporté que l'Agence nationale de sécurité (NSA) avait placé sur écoute 35 chefs d'Etat dont les numéros lui avaient été communiqués par un fonctionnaire américain de haut rang.

    Le scandale des écoutes téléphoniques de la NSA s'est étendu après des révélations selon lesquelles les services secrets américains auraient placé sur écoute les dirigeants des Etats étrangers, notamment le président brésilien et mexicain, ainsi que le portable de la chancelière allemande Angela Merkel.

    Dossier:
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)

    Lire aussi:

    Un ex-agent du FBI pointe du doigt les écoutes illégales de la NSA
    «Snowden avait raison»: l’Allemagne espionnait bien pour le compte de Washington
    La Russie, la Chine et l’Iran reconnus des leaders du renseignement par l’Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik