Ecoutez Radio Sputnik
    Американский беспилотник MQ-1 Predator. Архив

    Pakistan/drones: 3% de civils parmi les victimes (ministère)

    © Photo. U.S. Air Force photo/Lt Col Leslie Pratt
    International
    URL courte
    0 4 0 0

    Seuls 3% des victimes des frappes de drones américains au Pakistan sont des civils, rapporte jeudi le quotidien US Washington Post se référant au ministère pakistanais de la Défense.

    Seuls 3% des victimes des frappes de drones américains au Pakistan sont des civils, rapporte jeudi le quotidien US Washington Post se référant au ministère pakistanais de la Défense.

    Selon le ministère, les drones américains ont depuis 2008 réalisé 317 frappes contre le territoire pakistanais, tuant 2.160 combattants islamistes et 67 civils. D'après le journal, ces données divergent fortement de celles publiées auparavant par le gouvernement pakistanais, ainsi que des estimations présentées par les organisations internationales de défense des droits de l'homme.

    Islamabad a à plusieurs reprises demandé aux Etats-Unis de mettre fin aux attaques de drones contre son territoire, qui faisaient régulièrement des victimes parmi les civils. Le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a de nouveau évoqué ce problème lors d'entretiens avec le président américain Barack Obama dans le cadre de sa visite à Washington la semaine dernière.

    D'après les données de l'ONG britannique Bureau of Investigative Journalism, entre 2.600 et 3.400 personnes, dont entre 470 et 890 civils, ont trouvé la mort de 2004 à 2013 au Pakistan en raison des frappes de drones américains. Les experts d'Amnesty International ont pour leur part recensé 29 victimes civiles dans neuf attaques de drones au Pakistan en 2012.

    Lire aussi:

    Washington pousse Islamabad à se chercher un nouvel allié
    Les USA suspendent leur soutien militaire au Pakistan: la Chine prête à prendre le relai?
    Des médias révèlent l’ampleur de l'emploi de drones par la CIA contre les terroristes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik