Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie/Genève-2: obtenir la mise en place d'un gouvernement de transition (Ayrault)

    International
    URL courte
    Conférence "Genève 2" (338)
    0 4 0 0

    Afin d'être un succès, la conférence de Genève-2 sur la Syrie doit déboucher sur la mise en place d'un gouvernement de transition, a estimé le premier ministre français Jean-Marc Ayrault à l'issue de négociations à Moscou avec son homologue russe Dmitri Medvedev.

    Afin d'être un succès, la conférence de Genève-2 sur la Syrie doit déboucher sur la mise en place d'un gouvernement de transition, a estimé vendredi le premier ministre français Jean-Marc Ayrault à l'issue de négociations à Moscou avec son homologue russe Dmitri Medvedev.

    "L'objectif est désormais de faire de la conférence de Genève-2 sur la Syrie un succès (…). Cela implique de créer les conditions pour que la Coalition nationale syrienne y participe et que la conférence débouche sur la mise en place d'un gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs, y compris ceux de la présidence", a déclaré le chef du gouvernement français.

    Et d'ajouter que la situation en Syrie était une véritable tragédie, et que la solution ne pourrait être que politique.

    La conférence Genève-2, censée reprendre les lignes de l'accord international signé à Genève le 30 juin 2012, est convoquée à l'initiative de la Russie et des Etats-Unis. Ce forum doit réunir à une même table des responsables du régime syrien et de l'opposition pour tenter de trouver une solution politique négociée entre Damas et la rébellion.

    Le 5 novembre prochain, l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi rencontrera des diplomates russe et américain de haut rang. Il s'entretiendra également le même jour avec les représentants des autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (France, Grande-Bretagne et Chine).

    Dossier:
    Conférence "Genève 2" (338)

    Lire aussi:

    L'opposition syrienne n'exige plus la démission d'Assad
    L’UE approuve les efforts conjoints de Moscou et des USA sur la désescalade en Syrie
    «Notre armée gagne et cela ne plaît pas à tout le monde», constate un ministre syrien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik