Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Les Pays-Bas pourraient accorder l'asile aux homosexuels russes (ministre)

    International
    URL courte
    0 01

    Les Pays-Bas pourraient accorder l'asile aux homosexuels russes, dont les intérêts sont lésés par la loi interdisant la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs, rapporte le portail d'information Datch-News se référant au ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans.

    Les Pays-Bas pourraient accorder l'asile aux homosexuels russes, dont les intérêts sont lésés par la loi interdisant la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs, rapporte le portail d'information Datch-News se référant au ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans. 

    "La loi en question favorise la propagation d'un climat homophobe et effraie les représentants de la communauté LGBT et ses sympathisants", a indiqué le ministre dans son message au parlement. 

    Le chef de la diplomatie néerlandaise a en outre souligné que la loi russe interdisant la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs était une violation des droits des minorités sexuelles, ce qui pourrait motiver son pays à accorder l'asile aux minorités sexuelles russes. 

    En juin dernier, le parlement russe a approuvé une loi prévoyant des amendes allant jusqu'à un million de roubles pour "propagande des relations sexuelles non traditionnelles auprès de mineurs". 

    Cette loi fait l'objet d'une vaste controverse au sein de la société russe. Certains observateurs indépendants estiment que le document impose un cadre juridique flou qui pourrait être appliqué de façon arbitraire. Dans le même temps, des sondages témoignent d'une montée de l'intolérance envers les minorités sexuelles dans le pays.

    Lire aussi:

    Lavrov: la Russie ne persécute d’aucune façon la communauté LGBT
    Loi Schiappa: le gouvernement souhaite-t-il décriminaliser le viol sur mineurs?
    Loi asile-immigration, le moment populiste de LREM?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik