Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Liste Magnitski: Washington décide de ne pas ajouter de nouveaux noms

    International
    URL courte
    Loi Magnitski (80)
    0 10

    La Maison Blanche a décidé de ne pas élargir la "liste Magnitski" comportant 18 Russes interdits d'entrée aux Etats-Unis et faisant l'objet de sanctions économiques, annonce vendredi le site d'informations américain The Daily Beast.

    La Maison Blanche a décidé de ne pas élargir la "liste Magnitski" comportant 18 Russes interdits d'entrée aux Etats-Unis et faisant l'objet de sanctions économiques, annonce vendredi le site d'informations américain The Daily Beast.

    "On nous a plusieurs fois assuré au plus haut niveau que de nouveaux noms seraient ajoutés (à la liste). Mais voilà que nous entendons qu'il n'y aurait pas de nouvelle liste, aucune explication ne nous a été donnée", a déclaré au site le conseiller d'un député du Congrès américain.

    Selon le site, la décision de ne pas modifier la liste Magnitski a été prise par l'administration du président Obama au dernier moment.

    Auparavant, les médias occidentaux, se référant aux experts américains, annonçaient que le gouvernement américain pourrait prochainement ajouter à la liste jusqu'à une vingtaine de Russes, coupables, selon l'administration américaine, de violer les droits de l'Homme. Le chef du Comité d'enquête russe, Alexandre Bastrikine faisait partie de ces vingt personnes.

    La liste dite Magnitski comprend les noms de 18 Russes qui, selon les Etats-Unis, sont impliqués dans la mort de Sergueï Magnitski, juriste du fonds d'investissement Hermitage Capital Management, mis en examen pour fraude fiscale et décédé dans une prison de Moscou faute d'avoir reçu des soins médicaux. Mise en ligne sur le site du ministère, la liste comprend 18 noms parmi lesquels il n'y a pas de fonctionnaires de haut rang, mais selon des responsables américains, elle comprend aussi une partie confidentielle.

    Dossier:
    Loi Magnitski (80)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik